3 raisons de ne pas être sur la même longueur d’onde

 

Avez-vous l’impression qu’avec certaines personnes la communication est très difficile? Que votre message est souvent mal perçu de votre interlocuteur? Ou que vous ne comprenez pas le message de la personne avec qui vous avez une conversation?

Communiquer - Moiggi Interactive

 

Il est bien évident (mais très peu utilisé) que de faire répéter à l’autre ce que l’on vient de lui dire nous épargne bien des soucis car ceci vous confirme si il a bien saisi votre message.

Mais au-delà de cela, il y a 3 raisons qui nous empêchent de bien communiquer.

Chaque personne communique le plus clair de son temps avec un canal différent; certaines personnes sont plus visuels, d’autres auditifs et plusieurs sont kinesthésiques.

3 modes d’interaction subtil mais qui peuvent faire une grande différence.

La prochaine fois que vous aurez un échange difficile avec quelque’un, prenez le temps de voir, d’entendre ou de sentir sous quel mode s’exprime votre partenaire et adaptez votre message.

Visuel Auditif Kinesthesique

 

Voici quelques exemples de mots et de phrases utilisées par chacun des trois modes de communications :

« écoute-moi »,
« si on veut s’entendre »,
« ça ne me dit rien »,
« bien entendu »,
« il fait la sourde oreille »,
« je ne peux lui faire entendre raison ».

Avez-vous trouvé quel canal de communication est utilisé dans les phrases précédentes?

C’est le mode de communication de l’auditif. Il utilise des mots qui sont reliés à l’ouïe.

Bien sûr, chaque personne ne communique pas exclusivement avec un seul de ces modes, mais il y a toujours un type qui est prédominant.

 

Et parmi les phrases suivantes, quel mode est utilisé?

« Je vois la vie en rose »,
« j’ai eu une peur bleue »,
« à première vue, cela a l’air intéressant »,
« il ne veut pas voir le bon sens »,
« à mon point de vue »,
« il m’apparaît que »…

Le visuel utilise souvent des mots et phrases qui font référence à la vue.

 

Le kinesthésique fait appel à des mots et phrases qui impliquent le senti :

« en avoir plein le dos »,
« je n’arrive pas à lui faire saisir ce que je vis »,
« en avoir gros sur le coeur »,
« c’était vraiment touchant »,
« j’ai un bon feeling »,
« avoir une tête sur les épaules ».

 

Voici une formulation de question pour chaque type si vous voulez avoir une conversation qui rejoindra plus facilement votre interlocuteur :

à un visuel : « peux-tu me faire le tableau du problème qui te préocuppe présentement? »

à un auditif : « explique-moi ce qui te rend en colère? »

à un kinesthésique : « quel est le problème qui te fait sentir inconfortable? »

Conversation - Alan Turkus

 

Certes, il y a beaucoup plus de façon de ne pas être sur la même longueur d’onde que votre interlocuteur mais ces trois canaux de communications sont une excellente base pour trouver un terrain d’entente avec celui-çi. Trouvez quel mode il utilise le plus souvent et adaptez-vous! Vous serez surpris de la différence de vos échanges. Pour vous aider encore plus, demandez-lui de vous répéter ce qu’il a compris de votre message et ajustez-vous au besoin. Beaucoup de stress vous sera épargné!

 

« Entre, Ce que je pense,
Ce que je veux dire,
Ce que je crois dire,
Ce que je dis,
Ce que vous avez envie d’entendre,
Ce que vous croyez entendre,
Ce que vous entendez,
Ce que vous avez envie de comprendre,
Ce que vous croyez comprendre,
Ce que vous comprenez…
il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même… »
~ Bernard Werber ~

 

Crédit photos (Flickr) : Moiggi Interactive, Pascal Cardonna, jeanbaptisteparis, operabug, Alan Turkus

Recherches utilisées pour trouver cet article :ÊTRE SUR LA MEME LONGUEUR DONDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *